logo Les Enfants du Soleil Madagascar

 

26
NOV
2013

Enfants du Soleil a besoin de 180 tonnes de riz chaque année

Riziere texte

LE REPAS DANS UN  FOYER  DE FIANARANTSOA

riz enfantsRiz Enfants 2

 

 

 

 

 

 

 

– Je finance le repas des enfants en achetant X kilos de riz à 0,50€/kg

Un reçu fiscal sera envoyé à mon adresse, donnant droit à la réduction d’impôtde 75% du don jusqu’à 526€ et 66% au-delà.

Par chèque à Enfants du Soleil, 103 rue Legendre 75017 Paris.

Par PAYPAL

Un don facile et rapide... Précisez le montant

un reçu fiscal sera envoyé
pour tout don de 20 € minimum

Je préfére donner un cadeau de Noël aux enfants …. Cliquez ICI

_____________________________________________________________________________________________

La riziculture à Madagascar

Riziculture 1

Le riz joue un rôle primordial dans l’alimentation et la culture malgaches. C’est l’aliment de base, voire l’aliment unique de tout un peuple et les quantités nécessaires sont considérables : 200 kg par habitant et par an en moyenne. La culture du riz ou riziculture est pratiquée dans toute l’île, à l’exception de l’extrême Sud où le climat aride ne le permet pas. La vie quotidienne repose essentiellement sur cette denrée devenue un véritable pilier économique, social et religieux de toute une nation. C’est sur les hautes terres et surtout dans la région Betsileo de Fianarantsoa que se trouvent les plus belles rizières en terrasses, à flanc de collines.

Production :

Les rizicultures occupent près de 45 % des surfaces cultivées de l’ensemble du pays, apportant deux à trois récoltes par an, selon les différentes variétés de riz, fort nombreuses à Madagascar. Le riz est ainsi un produit à la fois économique,social et politique. 65% des ménages malagasy cultivent le riz et en milieu rural, 75% des ménages sont des riziculteurs. La production totale avoisine les 3 millions de tonnes mais la filière rizicole malgache comporte des atouts notamment dont un ensemble de situations agro-écologiques favorables et un savoir–faire séculaire, un niveau de consommation élevé, le développement d’un potentiel de recherche,et enfin (iv) les impacts positifs non négligeables de la mise en œuvre des projets de développement dans les zones de couverture. L’offre nationale reste insuffisante à cause des rendements faibles de 2 tonnes/ha en moyenne et une activité de subsistance. Il y a 2 millions de petits producteurs de riz à Madagascar dont plus de 60% ne disposent même pas de 60 ares de rizière. Un tiers de ces exploitants sont en situation de subsistance, ils ne produisent que quelques 800 kilos sur une surface de moins de 1 hectare. En terme spatial, le riz est cultivé un peu partout sur le territoire malgache, même dans la Commune Urbaine d’Antananarivo (la capitale) , mais la région d’Alaotra,comprenant les districts d’Amparafaravola et d’Ambatondrazaka, est le premier grenier à riz (le deuxième est Marovoay). Sur presque toutes les Hautes Terres,et dans les régions du Moyen-Ouest et du Menabe, le riz est la principale culture occupant les terres agricoles.

 Saisons :

Riziculture 2Les saisons rizicoles sont déterminées par la période de récolte. En général, 70% de la moisson de riz de l’ensemble du territoire malgache se font entre les mois d’Avril et de Juin. Les « vary aloha », « vary asara » ou « vary ririnina» se récoltent entre Janvier et Mars et constituent 12% de la production rizicole. Dans la région de Marovoay, 67% du riz se récoltent entre Juillet et Septembre, c’est ce qu’on appelle le « vary jeby ». Tandis que dans l’Alaotra, le « vary vakiambiaty » (entre Avril et Juin) représente plus de 91% de l’ensemble de la production de la région. Certains agriculteurs pratiquent la pluri-récolte : les cultures de première et de deuxième saison. Les cultures de deuxième saison ne sont possibles que sur les terrains à bonne maîtrise d’eau.

Matériels d’exploitation :

Le niveau d’équipement des riziculteurs malgaches est très limité. Les tracteurs et motoculteurs ne sont utilisés que dans la région du Lac Alaotra et du Nord-Ouest et concernent dans ces zones qu’une infime minorité de riziculteurs (respectivement 2,5% et 0,6%). Le reste des terres cultivées se travaille avec la culture attelée ou par traction humaine comme il y a 1000 ans ! Les reliefs très variés de Madagascar se prêtent plus facilement à la culture attelée qu’à la mécanisation (terrains pentus, petites superficies, élevage bovin) mais qui ne concerne qu’une minorité d’exploitants(0,1 à 0,2% dans l’ensemble du pays). La houe rotative est utilisée par moins de 10% des riziculteurs (38% sur les Hauts Plateaux et 17% au Lac Alaotra).

comment : Off
À propos de l'auteur