logo Les Enfants du Soleil Madagascar

Le mot du président

Hans-Peter Schomaker

Hans-Peter Schomaker

2016 a été encore une fois une année pleine de succès pour nos enfants et nos adolescents avec des résultats scolaires en progression, des bacheliers, des diplômés d’étude secondaire, des tests d’entrée permettant d’accéder à des formations professionnelles positifs, des premiers emplois décrochés à des postes d’institutrice, de soudeur, de cuisinier, de barman, de serveur, de mécanicien, des exploits de karaté avec des ceintures vertes et oranges bien mérités, des mises à leur compte pour des coiffeuses, des agriculteurs …..

Notre succès ne se mesure qu’au moment où nos adolescents ont trouvé un encrage solide dans la vie active. C’est à ce moment là seulement que nous avons pleinement atteint notre objectif, notre vocation et mission première étant celle de conduire nos enfants de la rue à l’espoir d’une vie décente. Notre responsabilité est lourde face à l’ampleur de la tâche à accomplir, et ce dans un contexte économique dégradé avec un niveau de pauvreté inchangé voire plus accentué. Nous restons plus que jamais mobilisés pour aider ces enfants à se reconstruire, s’épanouir et trouver leur place dans la société.

2016 clôt aussi 4 années de présidence d’Arnaud de Villeneuve qui aura marqué les Enfants du Soleil en faisant progresser significativement la qualité de l’éducation de nos jeunes, leur connaissance de la langue française, leurs conditions de vie avec l’acquisition de plusieurs foyers et l’amélioration de nos structures d’organisation. Ces facteurs positifs nous aurons permis de recevoir l’attribution en 2013 par l’état français du décret nous instituant « établissement d’utilité publique ». Arnaud de Villeneuve reste à nos côtés au Conseil d’administration pour continuer à faire bénéficier l’association de son expérience, ses compétences et son approche humaine.

Il reste tant à faire, plusieurs de nos foyers à Antsirabe ont été endommagés par un tremblement de terre dans la nuit du 11 au 12 janvier 2017, trois de nos villages subissent depuis deux ans des coupures d’eau de plus en plus fréquentes et longues et nous devons envisager la construction de puits. Deux de nos foyers en location à Tamatave sont proches de l’insalubrité et nous devons envisager des acquisitions. Nos cours de soutien scolaire et les formations dispensées doivent encore être renforcés. Enfin, le prix de certaines denrées alimentaires de base ont augmenté de façon significative comme la viande par exemple : plus de 50 % depuis un an.

Mais nous sommes confiants de pouvoir compter sur nos donateurs généreux et leur assurons une gestion des dons exemplaire et efficace basée sur nos trois principes :

• 95 % des fonds récoltés sont attribué à Madagascar
• En France nous ne travaillons qu’avec des bénévoles
• A Madagascar nous n’avons que des employés malgaches

Hans-Peter Schomaker
Président

 

Nos projets prioritaires à financer :